Article

cwc, le fournisseur de la couronne

... au service de sa Majesté

cabot-watch-company-ray-mellor-queen-mary

CWC, Servir le Royaume … Avec la solution horlogère la mieux adaptée de toutes les montres...


C’est la volonté de servir son pays …l’Angleterre, qui pousse Ray Mellor, le fondateur de CWC à fonder au milieu des années soixante-dix :  the cabot watch & clock company. Une démarche qui, très tôt pendant la deuxième guerre mondiale, le pousse à s’enrôler dans la Marine pour servir à bord du HMS Queen Elisabeth. Il va, durant la guerre, acheminer les troupes américaines qui vont depuis l’Angleterre, desserrer l’étau allemand qui étouffe le pays.
Il a intuitivement compris que le Blitz aérien de la Luftwaffe qui vise le cœur de Londres, (et lui a fait rejoindre Bristol) est une manœuvre qui vise à asphyxier le pays en détruisant les villes, les aérodromes, et surtout le potentiel industriel de défense de l’Angleterre. La chaine logistique est le maillon essentiel sur lequel s’appuie toute défense. Un concept qui va profondément le marquer et lui faire prendre la décision quelques années plus tard, de créer CWC.
Les années d’après-guerre le voient intégrer plusieurs entreprises d’horlogerie, il a, dans ces années de service dans la Marine, été sensibilisé à l’importance de l’horloge et du suivi de l’heure. Une vie à bord rythmée par le temps qui passe entre les prises de quarts et autres activités de navigation afin d’atteindre la destination prévue. Une vie dont la montre est l’indispensable pivot central.

cwc-watch-cabot-history-blitz-churchill-the-few-pilots-mostra-store-mag-blo


Agir pour ne pas subir, la maxime de Winston Churchill l’aura profondément marqué, il a aussi retenu du vieux lion anglais que le pays doit beaucoup dans sa survie à la résilience d’une poignée de pilotes de la royal air force… the few… qui se sont dressés face à une menace de destruction que certains voyaient inéluctable. Et à l’image de la tour de Bristol Cabot Tower qui domine sa ville, il comprend l’importance et le poids des actes face à l’adversité. Pour mémoire La Cabot Tower, point culminant du Bristol de l’époque, tire son nom anglicisé du pionnier italien Giovanni Caboto. Un marchand et marin vénitien qui ralliera les Amériques pour faire sortir l’Angleterre du roi Henry VII de l’enfermement commercial dans lequel le royaume est marginalisée en 1497. Une époque où le commerce et la formidable manne logistique des épices en provenance du nouveau monde est aux mains des espagnols et des marchands portugais.  

Convaincu par ces leçons qui ont marqué durablement l’histoire et le commerce de son pays, Ray Melor est convaincu qu’un seul homme par ses actions peut faire basculer le cours des évènements. C’est au début des années soixante-dix, que cette expérience va changer le cours de sa vie. A cette époque Ray Melor est à la tête d’Hamilton au Royaume Uni et s’implique personnellement dans son développement commercial, à ce titre il remporte de nombreux contrats gouvernementaux dans le Commonweath. Hamilton est le fournisseur de l’armée britannique depuis la deuxième mondiale et remporte depuis cette époque de nombreux marchés de montres militaires mécaniques. (Comme les fameuses W-10 mécaniques de la British Army ou les 6B/910H de la Royal Air Force dans les années cinquante et soixante) Frappé par la crise horlogère qui s’abat sur les manufactures Suisses devant la déferlante japonaise des montres Led et Quartz, Hamilton, en réaction, taille dans ses effectifs et modifie sa politique de vente en décidant de ne plus répondre aux appels d’offres publics, préférant se concentrer sur le marché retail et la distribution classique en horlogeries et bijouteries (générateur de plus de marges et ne nécessitant pas de fabrication particulière).

w-10-hamilton-6bb-chronograph-military-watch-cwc-royal-air-force-mostra-store-blog

C’est ce qui décidera Ray Melor, alors qu’il accompagne son fils à l’Université de Bristol, apercevant la fameuse Cabot Tower, à prendre son destin en main. Refusant de laisser en plan les commandes militaires du Royaume Uni, (ce qui est devenu depuis la guerre, inenvisageable pour lui), il décide de changer le cours des évènements…Il va créer the Cabot watches & Clocks Company. Une entreprise qui va répondre aux demandes des armées de sa Majesté et continuer à contribuer à la Défense du Royaume.
Il va rapidement avoir l’occasion de répondre favorablement à ses élans patriotiques : Les renouvellements de matériels, l’évolution du contexte international et les différentes spécialités de l’armée britannique et du Commonwealth exigent de nouvelles solutions matérielles :  La force de projection britannique va spécialiser ses troupes et au-delà du modèle W-10, il faudra faire plus, pour moins cher…

Visionnaire et réactif, Ray va adapter l’offre de CWC en proposant de nouvelles solutions horlogères avec une gamme de montres dotés de mouvements adaptés aux métiers sans oublier le contexte budgétaire :  Dès 1980, les solutions proposées s’appuient autant sur le traditionnel mouvement mécanique, le mouvement automatique et aussi le quartz : un usage … une solution, tel est le leitmotiv qui préfigurera dans la nouvelle gamme de montres de l’entreprise.  CWC, renommé cabot watch company dans les années qui vont suivre va remporter, avec Precista de nombreux appels d’offres. (Precista une marque de la société southerns watches & clocks, fournisseur historique de l’armée britannique qui fabrique également le modèle w-10 dans des versions semi et fat-boy… voir l’article W-10 The Military Queen, La montre militaire des forces britanniques dans le Mostra Mag, section histoire de montres)

cwc-falklands-malouines-war-watches-mostra-store-france-military-uk-watches


C’est la guerre des Malouines, (the falklands war) qui va permettre de juger de la pertinence et de la qualité des nouvelles solutions conçues par ces deux fabricants. Pour sa part, toujours à la pointe de la spécialisation, CWC va fournir une nouvelle gamme de montres militaires qui vont être très appréciées des unités engagées : Chronographes de pilotes à carrure asymétrique pour la royal air force, W-10 mécanique et à Quartz selon les branches de services de la royal navy ou de la british army sans oublier les forces parachutistes avec l’unité de l’airborne pegasus, l’unité aéroportée mythique du special air service (les fameux SAS qui seront les premiers à débarquer sur les iles falklands). CWC fabriquera également des montres de plongée pour les Royal Marines (les nageurs de combats anglais), des montres de bord, stop-watches et des chronographes de torpilleurs pour les équipages de sous-marins.

cwc-military-watches-falklands-campaign-mostra-store-vintage-watches-shop


C’est aussi dans ces années que la consécration de la marque arrive à un niveau de reconnaissance jamais égalé par un fournisseur dans l’histoire horlogère moderne : Le roi Rolex, avec sa submariner Milsub de la Royal Navy abdique au profit de la solution CWC qui remplace la Submariner avec son modèle 1980 Royal Navy Diver (RN300). Cette montre va être aussitôt adoptée par les Royal Marines et les Nageurs de combat de la Royal Navy. De nombreuses nations du Commonweath font également en faire usage les années suivantes. Desert Storm et l’envoi du corps expéditionnaire britannique dans le Golfe va nécessiter de nouveaux modèles et permettre à CWC de renouveler ses modèles de dotation. La production augmente mais reste toujours au rendez-vous. Il est désormais l’unique fournisseur des Armées britanniques pour la grande majorité des gammes de garde-temps. Il sera le dernier fournisseur officiel de montres de dotations militaires ayant servi dans un contexte opérationnel de guerre.

cwc-pegasus-airborne-cpu-limited-seriesmilitary-watches-mostra-store-aix

Au terme des années quatre-vingt-dix, CWC aura produit pour l’armée anglaise, les protectorats et les pays unis au Royaume une quantité globale d’environ vingt mille montres, chronographes et horloges.  Une activité intense et un engagement total que Ray Melor poursuivra jusqu’au bout. Juste avant les années 2000, sa santé lui imposera de céder son entreprise. Mais soucieux de son héritage, et de ne pas laisser les forces armées de son pays sans solution alternative, Ray facillitera la transmission de son entreprise ce qui permettra à CWC de continuer à fournir, tel qu’il l’avait conçu à son origine, des montres spéciales et professionnelles à l’attention de l’armée et des forces de police de sa très gracieuse Majesté. Aujourd’hui encore, CWC fabrique, par exemple la montre de la british military intelligence CPU Protegimus (Close Protection Unit, équivalent militaire et britannique du GSPR ou GIGN français), une série limitée de 150 exemplaires réservée à cette unitée ou à ceux qui ont passé avec succès le stage d’admission à l’unité. Autre série limitée de 2020, la W-10 Pegasus Airborne réservée à l’identique aux militaires ou ex de l’unité parachutiste. ….
…Servir la Couronne … l’engagement de toute une vie au service de la Reine…

cwc-w-10  UK army mil-watch

cwc-w-10 UK army mil-watch

Circa 1998 mouvement quartz

cwc-rn-300 l'héritière moderne

cwc-rn-300 l'héritière moderne

de celle qui a remplacé la rolex submariner milsub royal navy